Le mythe de Sisyphe revu et corrigé par la petite entreprise…

November 7, 2017

 

 

 

Laissez moi tranquille, je suis si bien là-haut...

Je me demande encore comment j'ai fait pour tenir...

Si j'avais soupçonné l'ampleur de la tâche, peut être que je n'aurais pas signé aussi vite...

 

Une petite entreprise comme la nôtre, à l’époque du développement du meuble qui tourne, n’était pas structurée comme celle d’un fabricant de mobilier.  Elle n’avait :

 

pas de Bureau d’Etudes,

aucune Connaissance en Mécanique,

pas de Responsable Commercial

et le Marketing n'était dans mes vagues souvenirs qu'un chapitre de mes études…

 

Je me suis vite dit "Ya comme un Hic" !!!

 

Alors je sais que le parallèle est osé, mais comme Sisyphe, chaque étape du processus de développement du Concept HIC et UBIQ, était pour moi une colline à gravir... et j'avais du mal à voir le bout du chemin.

 

Sisyphe, fils du dieu Eole, rusé et brigand, fut condamné par Zeus à un châtiment exemplaire. On lui ordonna de rouler un énorme rocher pour l’envoyer de l’autre côté du versant de la colline. 

 

Sisyphe par ce châtiment se retrouva à toujours recommencer péniblement sa tâche n’en entrevoyant jamais la fin.

 

 

L'Entreprise, n'ayant pas les moyens de financer des responsables chevronnés pour accomplir les tâches nécessaires et incontournables, c'est sur moi, alors "Chef du Projet" que reposa la responsabilité de faire avancer les choses dans tous les domaines... ou plutôt de nous emmener siffler en haut de la colline...

 

Je me voyais déjà prendre mon courage à deux mains et commencer à pousser les gros cailloux...

Pas très musclée et en escarpins, je sentais assez mal les différentes escalades...

 

J'ai voulu prendre en mains les choses, certaine de réussir et surtout armée de ma très grande et bonne volonté, en un mot la passion de faire les choses...

 

J'ai vite compris que ce ne serait pas suffisant et que je serais incapable de réaliser seule les ascensions. 

Je retrouvais mes cours encore enfouis dans les cartons du déménagement et en même temps, j'en profitais pour acheter  "le mythe de Sisyphe" d'Albert Camus.

 

A la lecture de la première phrase, j'avais déjà droit à plusieurs alternatives

Boire ou me Suicider!

 

 

 

J'évacuais la première alternative, l'alcool étant réputé pour faire grossir,  et en ce qui concerne mon départ de ce monde, j'estimais être trop jeune pour oser aller voir l'ailleurs...

 

 J'essayais donc d'explorer une autre voie...

 

Albert Camus qualifie « Sisyphe d’ultime héros absurde » compte tenu de l’absurdité de son destin.

 

« Il n’est guère de passion sans lutte ou révolte pour parer à l'absurdité de la vie...  et par conséquent il faut imaginer Sisyphe heureux… »

 

Je me suis dit que la vie valait quand même d'être vécue et je m'attelais à ma tâche sans me résigner...!

 

Et c'est vrai qu'à chaque étape, et passionnée à l'idée de voir grandir "le Meuble qui tourne", jour après jour, j'en oubliais l'ampleur de la tâche. 

 

J'ai considéré que chaque expérience serait pour l'équipe, l'acquisition d'un nouveau savoir faire et non pas l'obligation de faire...

 

Il ne fallait surtout pas que toutes les tentatives soient vaines ni sans suite. Bien sûr, tout n'a pas réussi du premier coup, il a fallu assez fréquemment remettre en question nos certitudes, mais le chemin en valait vraiment la peine!

 

A chaque fois que nous arrivions, avec plus ou moins de réussite au sommet de la colline, nous devions reprendre notre labeur pour remonter le relief suivant et le suivant et encore le suivant… 

 

Bien sûr, je n'y serais jamais arrivée sans toute l’équipe dédiée au projet. Chacun de façon collaborative apportant son rocher à l'édifice.

 

Ensemble nous avons pris le parti pris de capitaliser les travaux et résultats engrangés et de nous en servir pour améliorer les processus internes et futurs de l'entreprise.

 

C'est ainsi que le développement du meuble qui tourne permit d'améliorer notablement l'ensemble des méthodes, jusque là jamais modifiées ou remises en cause...

 

L’acquisition et donc l’intégration obligée et incontournable de nouveaux savoir-faire fut vécue non pas comme une punition, une contrainte, une remise en question ou des changements de méthode, mais plutôt comme la mission que nous devions tous avoir à l'esprit, d'améliorer l'existant et d'être plus performant dans notre offre auprès de nos futurs clients.

 

J'en reparlerai plus tard dans d'autres articles, mais nous avons de ce fait anticiper et œuvrer 

 

pour une démarche environnementale plus claire et responsable,

pour une amélioration des méthodes de Fabrications plus rationnelles,

pour une qualité de Finition de nos produits sans commune mesure,

pour une recherche plus poussée du réel besoin de nos clients...

 

en un mot, on a bien bossé !

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

RECENT POST

September 27, 2017

September 13, 2017

Please reload

  • Grey LinkedIn Icon
  • LinkedIn Social Icon